Drone : mes premiers pas

samedi 28 janvier 2017


Etre raisonnable ne faisait pas partie de mes bonnes résolutions 2017, me faire plaisir oui.

Bon acheter un drone (cet espèce de gros insecte bourré d'électronique bruyant et volant) cela peut paraitre paradoxal venant de moi qui suis à priori quelqu'un de plutôt nature et qui je se réjouis des choses simples. Mais j'ai toujours aimé capturer les instants, figer les belles lumières, explorer et cela fait 2 ans que cette envie de filmer mon quotidien et mes aventures de plus haut m'obsède. En fait ce dont je rêvais c'était plutôt une caméra volante qu'un drone.

A la recherche du drone parfait

J'avais résisté jusqu'a présent car j'avais étudié le marché et selon moi j'avais 2 options : un petit drone relativement peu encombrant mais à la qualité d'image relativement décevante (Parrot bebop 2) ou une bonne caméra embarquée mais un drone encombrant que, me connaissant, j'aurais vite fini par laissé chez moi vu l'encombrement.
J'étais donc en stand by à attendre que la prochaine promo amazon ne finisse par décider pour moi lorsque François d'un sac sur le dos lors d'une visite du centre Belgo control m'a appris l'existence du petit dernier de chez DJI : le mavic pro.

Sur le papier voilà le parfait compromis :

- Pratique et transportable : grâce à ses bras pliants le Mavic pro de DJI ne dépasse pas 8,3 cm de large, 8,3 cm de haut et 19,8 cm de long pour 743 grammes soit à peu près l'encombrement d'une bouteille d'un demi litre (voir photo)

- Une bonne petite caméra : Bien qu'elle ai l'air minuscule et fragile sa petite caméra embarquée vous fait des images en 4K ( 4 x plus que la full HD) impressionnantes et surtout Extrêmement stables grace au stabilisateur 3 axes.




Bref j'ai craqué, ....

Comme je vous l'ai dit je savais que je voulais faire des images, par contre piloté un drone moi qui n'ai jamais été très manettes et jeux vidéo ça ne m'exitait absolument pas.

Heureusement l'application DJI, même si elle fait peur à première vue, est hyper bien faite ! D'abord on propose de vous entraîné dans un simulateur pour vous familiarisé avec les manettes, ensuite même lors de vos premier pas avec le drone vous pouvez choisir le mode "débutant" qui conservera le drone à une distance de 30 mètres maximum.

Piloter un drone c'est finalement beaucoup plus simple qu'on ne le pense.
On appuie sur un bouton et le drone décolle pour ensuite se stabiliser à 1m du sol.
Si vous ne touchez à rien il ne se passe rien. Pareil pour l'atterrissage il se stabilisé et analyse d'éventuels obstacles avant de se poser. Quant au vol le drone est muni de détecteurs pour éviter les obstacles, Dji propose également pleins de programmes intelligents type activetrack (vous lui indiquer la personne à suivre, le drone va suivre cette personne), Tapfly (vous lui indiquer la direction, la vitesse et vous pouvez lacher les manettes), et bien d'autres que je n'ai pas encore testé. Vous avez évidement une multitude de réglages manuels dont je ne maitrise encore rien mais c'est bien pensé et très personnalisable.

Alors il a des défauts ce bébé ? 

Ben oui quand même, bien que je le trouve bien mieux construit et plus solide que les autres drones grand publique que j'ai pu avoir en main (principalement Parrot et DJI) j'ai quand même un doute sur la longévité de la caméra stabilisée qui semble tellement fragile même si DJI fourni une fixation pour éviter qu'elle ne subisse les transports et une protection en plastique amovible pour protéger le tout.

La batterie, c'est le défaut de tout les drones, et même si celle-ci dure relativement longtemps sur le Mavic par rapport à ses concurrents (27 minutes) j'ai dés ma première sortie été frustrée de ne pas en avoir une deuxième.

C'est très chouette de regarder les images en 4K sur l'écran de mes parents, la définition est impressionnante. Malheureusement mon macbook est beaucoup trop vieux que pour pouvoir les travailler. J'ai donc du les réduire en HD et comme je suis pas la championne pour ça je pense avoir perdu pas mal de qualité au passage, ainsi qu'a l'exportation du montage ainsi qu'a la mise en ligne sur youtube... bref la prochaine fois je les prendrais direct en full HD.

Les images

Voici donc les résultats de mes trois premières sorties.
 C'est tout simple et encore un peu maladroit mais je suis contente d'avoir pu enregistré ces lumières d'hiver que j'aime tant. J'ai photographié les bois de Villers-la-ville des dizaines de fois mais le drone leurs donne maintenant une autre dimension plus vivant.
Je l'ai également emporté avec moi lorsqu'avec ma copine Zoé nous sommes allé à la recherche de lacs gelés pour patiner dans les Ardennes. Un très chouette moment tout simple que je suis contente d'avoir pu figé.
Et même si je regrette de ne pas avoir eut ce petit Mavic avec moi durant mes précédents voyages j'aime beaucoup l'idée de montrer les paysages simples et magiques en Belgique dans lesquels j'ai grandi. Montrer qu'il ne faut pas aller jusqu'au bout du monde pour se sentir un peu Wanderlust.




4 jours à Berlin

lundi 8 août 2016

Berlin, voilà une ville que j'avais envie de visiter depuis bien longtemps.
Je m'imaginais à la base y aller en hiver, j'avais l'impression que c'était une ville qui s'y prêtait plutot bien mais finalement nos agendas en ont voulu autrement et nous voilà donc en route pour Berlin, sur un légé coup de tête.




Arrivé à Berlin on était un peu perdu au milieu de ses énormes bâtiments. Heureusement nous avions loué un petit airbnb sous les conseils de notre hôte, nous avons rapidement découvert un tout autre Berlin. Un Berlin vivant où tout le monde se rassemble pour profiter des terrasses et de l'ambiance générale de cette ville bouillonnante.




Nous logions donc dans le quartier de Neukölln où faire le choix entre tout les petits restos relève du défis et où les amoureux et musiciens se partagent les sentiers qui longent le canal.
Si vous êtes de passage dans le quartier de bonne heure je vous conseille une petit déjeuner chez Roamers , où l'expression manger avec ses yeux prend tout son sens, ou plus simplement chez O.A.K , à deux pas de là, un petit café adorable et service charmant. En soirée les rues s'animent autour du canal et c'est une festival de terrasses qui commence.
Enfin croyez moi sur parole allez à Klinkerkranich , l'ancien parking du centre commercial transformé en rooftop, et profiter d'une vue imprenable sur la ville et d'une ambiance unique très Berlinoise.

Si je ne devais vous donner qu'un seul conseil pour Berlin ce serait : louer un vélo ! 

Berlin est une ville immense avec beaucoup de quartiers décentralisés qui valent le détour. De plus c'est une ville très plate donc aucune excuse pour ne pas vous y mettre. Nous avons ainsi pu facilement nous promener jusqu'au Spreepark (ancien parc d'attraction à l'abandon), profiter des parcs le long de l'eau jusqu'à la east side gallery histoire de s'immerger dans l'histoire et en retenir les leçon pour après passer l'impressionnant Oberbaumbrücke pour partir à la chasse aux graffitis et aux cafés dans le quartier de Friedrichshain-Kreuzberg.

Si je devais garder un souvenir unique de Berlin ce serait certainement l'aéroport de Tempelhofer Feld. Probablement le lieux le plus insolite que j'ai pu visiter dans ma vie.
Imaginez-vous le tarmac désert d'un ancien aéroport en plein milieux de Berlin. Une espèce de savane urbaine gigantesque proposant un lieu de rencontre unique pour les passionnés de sport en tout genre, un terrain de jeux pour les apprentis jardiniers, une véritable bulle d'air urbaine.








AVIS aux amateurs de street food, Berlin regorge de street food market et rassemblement de gourmand et tout genre. Malheureusement beaucoup d'entre eux ont prennent place durant le weekend mais nous avons quand même su régaler nos papilles en profitant d'un afterwork au Markthalle Neun.




Bref, Berlin une ville chargée d'histoire au lourd passé mais qui a laissé un terreau propice à la création où toutes les initiatives semblent prendre racines pour faire le coeur de cette vieille capitale !

J'ai testé pour vous : faire ses laits végétaux

vendredi 15 juillet 2016






Voilà quelques mois que ma dermatologue m'a conseillé d'éviter le lait de vache. Un vrai bouleversement d'habitudes pour moi qui était une surconsomatrice de produits laitiers du lever au coucher.

Mais au final ce changement s'inscrivait assez bien dans la démarche que j'avais commencé en janvier d'une vie un peu plus vegan exploitant moins nos amis les bêtes.
Je ne suis pas devenue complètement végétarienne : je n'arriverais jamais à dire non au bacon pour un petit déjeuner ou à l'odeur d'un barbecue mais cela reste occasionnel. Je n'ai plus envie de voir de la viande dans mon frigo puis je m'amuse nettement plus en cuisine depuis que j'évite la viande. Cela m'oblige à être plus inventive.


Bref, évidement quand je suis passé au lait végétaux, vous me connaissez, je me suis très vite posé la question : Et si je les faisait moi même ? 

DIY // Récup plateau géométrique

dimanche 24 avril 2016


Bon, je suis du genre à accumuler un tas de vieilles choses en me disant qu'un jour j'en ferais quelque chose ou qu'un jour je les remettrais en état. C'était donc le cas de ce plateau, chiné sur une brocante il y a des années d'ici, et qui attendait que je m'occupe de lui. Je n'y pensais plus jusqu'à mon grand nettoyage de printemps et je me suis dit qu'en plus avec le beau temps qui arrive, l'apéro dehors et tout ça il serait bien pratique en plus !


Je n'ai pas réfléchi bien longtemps à ce que je voulais en faire, j'aime beaucoup les trompes-l'oeil cubiques et j'étais tombée il y a peu sur le DIY de myrainydays (très très chouette blog que je recommande vivement). Je m'en suis largement inspirée, à la différence que je suis partie d'un plateau existant et que j'ai donc eu quelques difficultés pour tracer les cubes, la latte ne rentrant pas dans mon plateaux à cause des bords. J'aurais également voulu laisser le bois apparent sur certaines faces mais mon bois était fort abîmé même après ponçage.


Donc, même si c'était bien prise de tête pour tracer tout ça, je suis super contente du résultat que je voulais partager avec vous et peut-être au passage vous donner envie d'utiliser vos dix doigts.

J'ai testé pour vous : "Moment" l'appli qui mesure votre dépendance aux smartphones

mardi 19 avril 2016

Que celui qui n'a jamais perdu son temps sur son téléphone/pc/tablette me jette la première pierre !

J'adore la technologie et tout ce qu'elle nous apporte, je ne pense pas être accro à celle-ci mais je sens bien qu'il y a ce petit truc vicieux qui m'empêche de me détendre parfois, et d'être 100% dans l'instant présent.
Vous voyez : cet appel en absence d'un numéro masqué qui vous inquiète ? Cette demande de devis alors que vous n'êtes même pas encore sorti du lit  ? Et au feu rouge hop un petit tour sur instagram, entre deux pubs hop un petit tour sur facebook.... Je ne sais pas vous mais moi entre les 2 blogs, les copines, les histoires d'amours, les projets, la famille, les boulots j'ai parfois l'impression de devoir être joignable non stop et surtout de devoir tout arrêter pour répondre.

Bref j'avais envie de reprendre un peu le contrôle parce que le temps c'est précieux et les amis aussi. Alors j'essaie de favoriser les vrais contacts, d'aller boire un verre plutôt qu'un "coucou, comment ça va ?". Et dans ma quête de la reprise de contrôle j'ai trouvé un outil que je voudrais partager avec vous : l'appli "Moment". 
Fourni par Blogger.
Back to Top